Menu

Only After The Show
Release : 2007
Lenght : 67″53
CD & vinyl : Sold out

Sur un « tapis » hip hop imprégné de trip hop, on navigue durant tout le long de l’album,par petites touches, dans des ambiances jazzy (sample de sax, batterie..) et espagnole (chant, guitare…).
On rentre en douceur dans l’univers de DEGIHEUGI, avec le morceau ensoleillé « The good feeling » qui renvoie peut être plus ce coups là, à ce que faisait MOBY avant.
On croise ensuite le fantôme de NINA SIMONE sur le morceau « Comprend-moi maintenant » (clin d’oeil à WAX TAILOR qui utilisé déjà un sample de la chanteuse?), des ambiences plus espagnoles (« Perdu en espagne »), jazz (l’excellent « Ma tit’ portugaise »)…
Seul petit bémol, l’utilisation parfois trop répétitive, de samples vocaux comme sur « Perdu en espagne » ou bien sur « Une femme compliquée » (morceau qui m’évoque l’univers de CRASHTESTAURUS).
Je trouve que DEGIHEUGI prends tout son aisance quand il créé un univers par notes de couleurs (« B.A.R. en sauce feat. L’Omelette », « Feel the difference », «  »Gratte-poils Feat. L’Omelette »), un peu comme avec une palette de peinture, il compose par touches.
A noter l’excellent morceau « White Coatz » avec la participation de l’excellent GHOSTOWN, seul titre vraiment chanté, hyper rythmé qui évoque le débit de DOSEONE ou celui de BUSDRIVER.

(L’Oreille en feu / 2/10/2007)